a2ft, l'amicale des familles franco-taiwanaises

Compte-rendu de la réunion à Matignon

Réunion à Matignon

Fevrier 2001

Le 5 février 2001, accompagné par la sénatrice Monique Cerisier Ben Guiga, Alain Fontaine, au nom de l’Amicale des Familles Franco-Taiwanaises, a remis à Jean-Pierre Filiu, Conseiller Technique du Premier Ministre, la pétition pour la gratuité de l’enseignement français à l’étranger.

Cette pétition avait été lancée par l’A2FT le 20 novembre 2000 et elle a recueilli plus de 2000 signatures dans 80 pays en 10 semaines. La rencontre à Matignon a duré en tout environ 45 mn dans une atmosphère très cordiale. Monique Cerisier Ben Guiga a commencé la rencontre en situant cette pétition dans le contexte de l’enseignement français à l’étranger et de l’enseignement français en général. Le public des élèves français à l’étranger à évolué dans les dix dernières années, il était essentiellement composé d’enfants d’expatriés travaillants dans de grosses entreprises françaises ou d’enfants de coopérants. Aujourd’hui, il est majoritairement composé d’enfants de Français durablement établis à l’étranger, avec des revenus locaux, souvent des familles binationales. Pour les parents français, l’enseignement français est un lien essentiel avec la France qui permet à leurs enfants, non seulement de bien maîtriser le français, mais également de garder un lien culturel avec la France, et de n’être Français que par leur passeport.

Les coûts d’écolage trop élevés de nombreuses écoles ne permettent malheureusement pas à de nombreuses familles de faire suivre à leurs enfants un enseignement français, et un grand nombre de ces enfants ne parlent plus le français comme le démontrent aujourd’hui les appels de préparation à la défense organisés dans certaines ambassades françaises à l’étranger. Alain Fontaine a expliqué que cette pétition a été lancée par l’Amicale, car nombre de ses membres font face à de très grandes difficultés pour payer les coûts de scolarisation de l’école française de Taipei. L’école française de Taipei, dont les effectifs ne cessent de baisser, n’accueille que 71 élèves français pour un nombre d’enfants scolarisables de plus de 200, chiffre qui se situe dans la moyenne mondiale.

Cet exemple local a vite été confirmé au niveau mondial par l’arrivée des nombreuses signatures des quatre coins du globe et par de nombreux témoignages qui ont été mis en annexe de la pétition remise à Jean-Pierre Filiu La gratuité totale est peut être une utopie mais qui peut mener à la poursuite d’un objectif réaliste et que le gouvernement se doit d’atteindre pour espérer satisfaire l’attente des familles française à l’étranger : l’égalité des dépenses par élève entre le ministère de l’Éducation nationale et l’AEFE. Le gouvernement dépense actuellement en France environ 24000 FRF par élève, auxquels s’ajoutent 11000 FRF dépensés par les collectivités territoriales, au regard de quoi, l’AEFE ne dépense que 12000 FRF par élève français à l’étranger.

En conclusion de cette réunion Jean-Pierre Filiu a promis de faire suivre la pétition à l’intérieur du Cabinet du Premier Ministre, aux personnes concernées. Pour finir il nous a conseillé de prendre un rendez-vous avec un Conseiller du Ministre de l’Éducation nationale. Le MEN devant être convaincu du bien fondé de notre démarche, des problèmes que rencontrent les Français de l’Étranger dans ce domaine et de l’intérêt que la France et le gouvernement doivent y accorder.